Accueil > Moto > Concentrations et balades à moto > de Lyon à Antibes à 2, à moto, en camping, en plein été

de Lyon à Antibes à 2, à moto, en camping, en plein été

moto eau chaud

mardi 26 juillet 2022, par fab le motard

Une petite semaine à 2 en Suzuki 650 Vstrom de Lyon à Antibes à travers les Alpes.

Une petite semaine dans les Alpes du Sud, où il y a toujours du soleil et où il fait toujours chaud.
Mais pour le coup, nous avons eu beaucoup de soleil et beaucoup chaud !
L’aventure s’est faite à moto et en partie en camping.
Départ de Lyon. Moto équipée de 2 grosses valises (1 et demi pour madame, et une demi pour moi), chargée en plus avec 2 gros sacs polochons étanches qui contiennent tout le nécessaire de camping et une sacoche de réservoir.

Dans le nécessaire de camping, il y a 2 petits fauteuils que j’aime beaucoup.

La première étape, en famille à coté de Gap.
Là, ca commence moyen … on roule tranquille sur l’autoroute, visière ouverte, merci le carénage, à un petit 110 km/h, sur un filet de gaz. La moto commence à ratatouiller
On s’arrête, elle cale et sent mauvais … de l’essence pas brulée.
On repart, le moteur ne marche pas bien à bas régime et en plus une petit lumière rouge s’allume … avec un problème FI (pour fuel Injection) … Ca craint. Ca commence mal les vacances.
Après un arrêt/redémarrage, la lumière rouge à disparue, mais la moto tourne comme une patate.
Tant pis … on continue, mais on sent que la mécanique ne tourne pas rond. La traversée de Grenoble, Vizille, La mure jusqu’à Gap, la moto fonctionne, mais pas très très bien. J’ai l’esprit préoccupé. Je me vois déjà rentrer à Lyon pour, soit prendre une voiture, soit prendre l’interceptor, en me demandant où je pourrais mettre tout les bagages !

Et il faut chaud … à l’arrivée, nous irons nous rafraichir dans le Drac, l’eau n’est pas profonde, mais bien fraiche.
Deuxième galère du camping, sur 2 petits matelas autogonflant, un est HS et l’autre … pas assez confortable … la semaine risque d’être longue …

Le lendemain on part direction Barcelonnette, en passant par Gap acheter un gros matelas, avec bien sur un gros gonfleur, et il faut caser tout ca sur la moto … Quand y a plus de place, et bien… il faut quand même en trouve donc on bourre un peu les gros sacs polochons.
Je les ai depuis presque 20 ans et ils sont … parfaits. Achetés 15€, ils sont toujours étanches, résistants et pratiques (sauf quand ce dont tu as besoin est au fond …)
Nous voilà un peu plus chargés, en direction de Barcelonnette. J’avais prévu de passer par le col de Vars, mais la chaleur et le fonctionnement de la moto nous ont surtout motivé à rouler plus directement.
Petit resto à Barcelonnette, puis direction le camping pour planter la tente et profiter de la piscine (toujours la chaleur)

Chose surprenant, j’ai exactement le même emplacement que lorsque je suis venu en septembre dernier ! et pourtant, ce n’est pas un petit camping.

L’après-midi, je vais faire des courses, la moto marche moyennement. A un moment même, le voyant rouge de défaut d’injection s’allume de nouveau et se ré-éteint apres avoir couper le moteur. … bizarre là-dedans.

Après Barcelonnette, direction la Bonnette et notre prochaine étape.

La route de ce col est toujours superbe, la vue à 360 degré est époustouflante.

Nous redescendons direction Nice/grasse en s’arrêtant manger à un gite municipal de qualité, juste dans la descente.

Chose surprenante … la moto fonctionne bien. Magique ? sans plomb 98 ?

Après beaucoup de route et de chaleur, quand on descend de 2800m à 400m d’altitude, on gagne beaucoup, beaucoup de degrés. Alors les haltes servent à se rafraichir. On aurait presque pu se mettre dans la fontaine pour être mieux.

Il parait que l’eau n’était pas potable …
Pour arriver à notre destination, il y avait un peu de piste

C’est là que j’ai compris que je n’étais pas un pilote de tout terrain. Certes nous étions 2 et chargés et avec des pneus de routes. Mais je n’étais pas du tout à l’aise. Au bout du chemin, il y avait une épingle … en montée … C’est passé, mais sans la passagère. IL faudra un jour que je fasse un stage Tout Terrain.
Et puis nous arrivons chez un home-campeur pas loin de Grasse.
Un lieu magique et magnifique, avec la plus belle piscine que je n’ai jamais vue. Une piscine en bois avec une vue sur les montagnes.

L’eau est d’une couleur turquoise, et chaude et salée, magique, magnifique … je suis amoureux

Un bonheur d’y être, dès le matin.

Très peu de monde, un endroit calme, un super accueil … je pourrais y retourner.
A Partir de ce « camping », nous irons jusqu’à Antibes 2 jours, pour voir le fils de ma compagne, et profiter de la plage et de la mer.

Mais la route n’est pas du tout évidente. Ce village parait inaccessible, pour retrouver une route « roulante « pour atteindre Canne/Antibes et toute la cote d’azur bétonnée, il faut faire au moins 15 km de petites rouges, accolées à des précipices, qui n’ont rien à envier à des routes corses ou ardéchoises.

A Antibes, il est facile de se garer en moto, de mettre toutes les affaires dans les valises vides (casque, pantalons, blouons de se retrouver en maillot de bain, direction la playa.

2 jours à rester dans l’eau, tant il faisait chaud, la mer à 28 degré. J’ai apprécié les transats et parasols pour ne pas cuire sur la plage.

Après ce séjour à la fois calme dans le camping et surpeuplé sur la cote, nous partons direction le lac de Ste Croix pour faire un tour dans les gorges du Verdon.

En partant, on s’arrête au cœur du village où nous étions. Petit village typique de la Provence, avec un petit resto sous les arbres.

Il faut bien se rafraichir

Il y avait dans ce resto des toilettes mémorables.

Ce petit village a aussi une des plus belles vues de la région sur toutes les montagnes varoises jusqu’à la mer. Mais la chaleur rend la vue brumeuse.

En route pour l’étape suivante …

Dans la région, les routes sont quand même, avouons-le … toutes belles.
Le lendemain, directions le Verdon.
Ces gorges sont toujours impressionnantes, et peut-être à cause du manque d’eau, il n’y a pas trop de monde, donc on profite de la route tranquillement. Où pour faire 60 km, nous mettons 2 heures à cause des petits virages
Bon, j’avoue, j’ai un peu le vertige et ses gorges sont réellement impressionnantes.

Si tu rates le virages … tu vas 300m plus bas dans la rivière, mais vu le niveau actuel, j’ai vraiment fait attention, ca aurait été bête de rater l’eau et tomber sur un banc de cailloux.

Pause repas dans le village de Moustier Ste Marie, village très touristique, mais agréable.

Comme toujours durant ce séjour, il fait chaud, mais les fontaines sont les bienvenues.

Et retour par les gorges, encore, mais par la rive droite. Tout aussi impressionnante

Le lendemain, nous repartirons pour Lyon, rapidement, par l’autoroute, avec ses camions, son vent, son ennui.
1450 km en une semaine, beaucoup de virages, beaucoup de chaleur, et aussi beaucoup d’eau, de baignades. C’était donc bien une semaine de vacances à moto, en été.
La Vstrom, à part ses problèmes d’injection, qui ont « disparus », est une bonne moto pour voyager,
Elle était bien chargée, mais restait stable à conduire, elle restait facile et agréable sur les petites routes. C’est une moto vraiment confortable, autant pour le pilote que la passagère. Elle a consommé moins de 5 litres au cent km.
Je voulais remercier et féliciter aussi ma passagère et compagne pendant ce voyage, parce que voyager à moto quand il fait chaud, ce n’est pas forcément agréable, camper quand il fait chaud non plus. Maintenant, dans la montagne, elle sait qu’il ne faut pas regarder le nombre de km, mais compter en temps. Quand je lui dis … internet dit 60 km et une heure, elle sait maintenant qu’en fait c’est le double.
De beaux moments ….

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.